[Best Of Saison IV] Palmarès Longines Grand Prix

Series
  • Lundi 22 Juillet 2019
  • 08:00Longines Masters Series
  • Partager

Longines Grand Prix de Paris: Edwina The First ! 
La deuxième reine du Longines Masters est Australienne. Si Edwina Tops Alexander n’est « que » la seconde femme, après Pénélope Leprévost en 2011, à remporter le Longines Grand Prix de Paris – et même de l’ensemble des Grands Prix de la série des Longines Masters – elle est la première Australienne et première non-européenne à triompher dans l’épreuve parisienne. 

L'aventure commence pour l’Australienne Edwina Alexander, la plus rapide des trois sans-faute avec California, même si elle a craint un instant ne pas être assez rapide pour battre l’Italien Alberto Zorzi et Contanga, qui finalement allaient s’incliner pour 36 centièmes : « Je pensais que cela pourrait être juste pour battre Alberto Zorzi qui passait après, avouait Edwina. J’aurais pris plus de risques s’il y avait eu plus de concurrents encore à venir derrière ». Dans ce match, l’Irlandais Denis Lynch s’est senti un peu hors-jeu, à près de trois secondes derrière les deux premiers : « Ce n’était pas une tactique, j’ai vraiment essayé d’aller vite, mais The Sinner m’a échappé. Je ne pouvais pas vraiment faire autre chose que tenter de le recomposer pour finir proprement. Avec mes cinquante secondes (47.03 exactement, ndlr), je savais que je ne risquais pas de gagner, mais je suis ravi de mon cheval et de sa progression. Je suis vraiment heureux de terminer dans les trois meilleurs, particulièrement ici, à Paris, devant ce public

Magistral Denis Lynch dans le Longines Grand Prix de Hong Kong

C’est un époustouflant final que cette septième édition du Longines Masters de Hong Kong a livré à un public de plus en plus passionné et de plus en plus imposant. Le palmarès, déjà fort prestigieux, du Longines Grand Prix de Hong Kong s’est enrichi d’un nouveau nom illustre. Celui de l’Irlandais Denis Lynch qui signait là la plus belle des ses sept victoires en Grands Prix internationaux, la première avec Chablis, qui se voyait remettre le Trophée par Mme Carrie Lam, Chef de l’exécutif de Hong Kong.

Ses pairs et les experts avaient, pour beaucoup, prononcé son nom quand il s’agissait de se livrer au petit jeu des pronostics. Il en avait eu vent, mais il en faut plus pour perturber l’Irlandais : « La pression ? C’est pour les pneus ! Il reste que cette victoire est exceptionnelle, c’est définitivement l’une de mes plus belles, et je suis heureux d’avoir ce cheval très compétitif. C’était un parcours difficile aujourd’hui, mais Frank Rothenberger a fait du bon boulot en ne laissant filtrer que deux double sans-faute ».

Doublé historique de l’Egyptien Nayel Nassar et Lucifer V au Longines Masters de New York !

Fantastique exploit de l’Egyptien Nayel Nassar et de son incroyable Lucifer V, pour cette deuxième édition du Longines Masters de New York. Déjà vainqueur du Longines Speed Challenge vendredi, l’Egyptien est le premier cavalier à réaliser ce doublé, qui plus est avec le même cheval. Un nouvel épisode qui marque l’histoire des Longines Masters et un scénario parfait pour ce Longines Grand Prix, étape américaine de la Série, après l’Europe et l’Asie en attendant un deuxième passage en Europe au tout nouveau Longines Masters de Lausanne. 

En général, après une telle épreuve de vitesse, c’est assez compliqué de faire redescendre la pression : « C’est un cheval dont je suis proche et qui est très particulier. Il a son propre style, certes. Il aime aller vite en concours, mais à la maison, il n’avance pas ! Il a beaucoup de moyens, bien sûr, mais surtout, qu’est-ce qu’il va vite ! Je n’ai jamais monté un cheval aussi rapide de ma vie ». Lucifer V, tout comme son cavalier, remportaient là leur tout premier Grand Prix aux Longines Masters. Comme la grise de Harrie Smolders (2ème avec la Selle français Une de l'Othain), le bai westphalien appartient à Jennifer Gates (Evergate Stables) : premier et deuxième d’un Grand Prix des Longines Masters, c’est également une belle histoire.

Longines Masters de Lausanne : Women Power

Après la Française Pénélope Leprévost en 2011 et l’Australienne Edwina Tops Alexander en 2018, toutes deux à Paris, la Belge Gudrun Patteet devient la troisième femme à remporter un Longines Grand Prix de la série des Longines Masters. L’air ou la magnifique vue du Lac Léman a d’ailleurs semble-t-il inspiré les femmes, puis la deuxième place est revenue à l’Italienne Giulia Martinengo Marquet.

Gudrun confirmait l’énergie particulière de son hongre de 13 ans : « Si j’ai gagné aujourd’hui, c’est parce que c’est un cheval très rapide naturellement, j’ai gagné du temps un peu partout sur le parcours, j’ai tourné court et son dynamisme a fait le reste. C’était d’ailleurs un parcours très bien construit (signé du Français Grégoire Bodo - ndlr)FF, en première manche, il y avait des petites fautes un peu partout. Et visiblement le barrage convenait à Pebble. C’est un cheval que je monte depuis qu’il a 8 ans, il en a 13. Il est exceptionnel, mais il est un peu spécial, au-delà qu’il harpe du postérieur droit. C’est un cheval très gentil aux écuries, très calme, mais dès que l’on monte dessus, il est très chaud, alors je lui ai organisé un mode de vie sur mesure. Il n’est jamais au box, mais passe sa vie dehors, dans un petit pré avec un abri où il rentre et il sort à sa guise. Je dois toujours lui inventer un travail différent, des sorties en forêt etc. En concours, je ne le monte jamais en dressage. On le longe et je monte dessus pour passer quelques barres et partir en piste » !